Actualités

Bernard Buffet, un grand peintre français du XXe siècle

Peintre figuratif français d’après-guerre, Bernard Buffet est connu pour son style graphique et noir facilement identifiable. Son œuvre, d’une grande richesse, est prolixe et variée. Les toiles de clowns connaissent un réel succès et deviennent la marque de fabrique de Buffet. La Galerie Dil propose un catalogue choisi des œuvres phares de Buffet, qui seront détaillés dans l’article.

 

1. Bernard Buffet peint des oeuvres multiples aux themes choisis

L’œuvre de Buffet est variée et met en avant des thèmes emblématiques majeurs : le monde du spectacle, les clowns, la nature, la religion. Ces thèmes sont l’occasion pour l’artiste d’explorer sa perception du monde et d’exprimer un ressenti douloureux à l’issue de la seconde guerre mondiale.

 

1. La figure du clown, embleme de la peinture de Buffet

Le thème des clowns apparait dès 1956 avec le célèbre tableau Clown sur fond bleu et succède à la série sur les « Horreurs de la guerre ». En 1968, Buffet oublie Mon cirque, un important ouvrage entièrement consacré à cet univers.

 

 

La fascination des peintres pour le monde du spectacle

Buffet a une affection particulière pour le monde du spectacle et apprécie le cirque ou le théâtre japonais. La figure du clown, des acrobates et des musiciens a fasciné de nombreux artistes du XXe siècle, parmi lesquels Pablo Picasso, Antoni Clavé, Marc Chagall et Georges Rouault. Ces clowns étaient souvent associés à l'artiste lui-même et travaillaient comme des personnages conteurs, évoquant la magie de son art et exprimant une liberté sous-jacente.

 

Le clown comme expression autobiographique de Buffet

L'historien de l'art Nicholas Foulkes note dans sa biographie Bernard Buffet: L'invention du méga-artiste moderne: «On dit souvent que lorsque Buffet peint un visage, qu'il soit humain ou animal, il peint un autoportrait. Bien que ce ne soit pas tout à fait vrai, il ne fait aucun doute qu'il a utilisé ses propres traits comme base pour certaines de ses peintures de clown. »

 

Le clown comme être mélancolique

Sa célèbre série de toiles Circus met en vedette de nombreux acrobates, danseurs de trapèze et clowns avec une expression mélancolique peinte dans des couleurs vives et contrastées. En apparence, ces artistes pouvaient paraître joyeux et même divertissants.

Avec ces tableaux, Bernard Buffet lève le voile sur la véritable personnalité des acteurs et nous permet d’envisager l’envers du décor. Les clowns, sous leur maquillage, ne sont que des hommes camouflant leur tristesse et leur sentiment désabusé sous leur apparence.

Bernard Buffet exprime ainsi toute son ambiguïté dans ses portraits de clowns.

 

L'expression du traumatisme engendré par la guerre

Au moment où ces œuvres furent exposées, la France se remettait des conséquences dévastatrices de la Seconde Guerre mondiale et le sujet des clowns se révéla extrêmement puissant. Les portraits de Buffet expriment le traumatisme et la détresse vécus par les Français dans l'après-guerre à travers des visages douloureux et allongés.

Le critique d’art Pierre Descargues (1925-2012) relèvera d’emblée, lors de sa toute première exposition, au Salon des moins de trente ans, en 1946, ce qui distingue Bernard Buffet de ses contemporains : « Il témoigne puissamment du désarroi de notre époque.».

 

Le « clown sur fond orange » a fini de rire

La Galerie Dil propose à la vente « le clown sur fond orange » réalisé par l’artiste en 1966. Dans cette œuvre emblématique, le clown a une extraordinaire présence et son regard semble magnétique. Il s’établit entre lui et le spectateur une drôle de conversation. L’orange présent sur le fond du tableau donne un effet lumineux à l’ensemble. Les lignes droites et sèches utilisées pour représenter le clown créent un effet pictural particulier. Le trait obscur et appuyé de stries de l’artiste est obtenu par le grattage de la toile. L’expressivité de ses figures faméliques et crispées rapproche ses modèles de martyrs en supplique.

 

Clown sur fond orange, huile sur toile, Galerie Dil, 1966

Clown sur fond orange, huile sur toile, 1966, Galerie Dil

 

Le clown, personnage mystère qui déguise sa tristesse en fausse joyeuseté

Ce tableau exprime un contraste entre le fond lumineux et chaud oranger et l’expression triste et fermé du clown au teint grisâtre et au front ridé. L’œuvre de l’artiste transporte le spectateur dans un univers particulier, à la fois lugubre et enfantin. A travers cette œuvre, le peintre expressionniste a voulu exprimer son mal être et son incapacité à être heureux.

 

2. Bernard Buffet et les paysages

La représentation de Paris pendant l'occupation

Paris a une place privilégiée dans le cœur de Buffet. La représentation par Buffet de la Place des Vosges (1956), œuvre présente dans le catalogue de la Galerie Dil, témoigne des émotions profondes et des souvenirs personnels qui sont rattachés à ce lieu. Buffet allait en effet parfaire son apprentissage du dessin dans une Place des Vosges en pleine occupation. L’œuvre traduit peut être la solitude d’un adolescent et la lassitude et la colère d’une jeunesse volée par la guerre.

L’œuvre a notamment été mise en avant lors de l’exposition de peinture « Bernard Buffet, intimement » (18 octobre 2016 – 5 mars 2017) au Musée de Montmartre.

 

Place des Vosges, Huile sur toile, 1956, Galerie Dil

Place des Vosges, Huile sur toile, 1956, Galerie Dil

 

La peinture comme témoin des voyages et des découvertes de Buffet

Au cœur des recherches de Buffet, le paysage permet de témoigner de ses voyages à l’instar de l’huile sur toile New York (1989). La nature permet aussi au peintre de transmettre des émotions profondes, parfois insupportables : c’est le cas avec Étude de Forêt (1950) où les arbres sans feuilles, aux branches s’étendant vers le ciel, semblent crier de douleur. La nature est un champ d’exploration pour Buffet qui ne cesse de se renouveler lors de sa représentation.

 

La nature morte chez Buffet

Buffet a peint plusieurs natures mortes : la Galerie Dil propose dans son catalogue le Bouquet de fleurs (1954), la Nature morte sur la chaise (1984) ou encore la Nature morte au pot de jacinthe (1956). Chez l’artiste, la nature morte permet de mettre en lumière des moments de vie et le temps qui s’échappe. L’objet usuel témoigne de la futilité des usages et plaisirs de l’homme, dont la finitude est inextricable. 

Bouquet de Fleurs, 1954, Galerie Dil

Bouquet de Fleurs, 1954, Galerie Dil

Nature morte sur la chaise, 1984, Galerie Dil

Nature morte sur la chaise, 1984, Galerie Dil

Les litographies de Buffet

Au début des années 1970, Buffet créa une suite de lithographies accompagnées de poèmes de Paul Verlaine, Arthur Rimbaud et Charles Baudelaire peu de temps après avoir été soigné pour son alcoolisme. Jeux de Dames consiste en une série d'images mettant en scène deux lesbiennes, un autre sujet que les poètes du XIXe siècle avaient abordé directement.

De plus en plus, Buffet concentre son attention sur les lithographies à petite échelle et sur les peintures à grande échelle. Au milieu des années 1970, il entame une série de sept très grandes peintures basées sur l’Enfer de Dante qu’il expose à la galerie Garnier en 1976.

 

2. Buffet jouit d'une reconnaissance française et internationale

1. Bernard Buffet : une figure phare de l'expressionnisme français d'après-guerre

Milliardaire à 30 ans, Buffet devient une figure phare de l’expressionnisme français d’après-guerre. Sa peinture figurative, à l’opposé de la tendance abstraite de l’époque, fait de lui un peintre avant-gardiste et controversé. Sa peinture est reconnue en France et à l’international.

 

Buffet, maitre « égal » à Picasso

Buffet est considéré comme l’égal de Picasso et de nombreux peintres contemporains comme Francis Bacon et Andy Warhol lui témoignent leur soutien. En 1955, la revue Connaissance des Arts réalise un sondage auprès de 100 personnalités du monde de l’art. Arrivé en tête des dix meilleurs peintres de l’après-guerre, Buffet devient le héros français.

 

L'attrait des collectionneurs pour l'artiste expressionniste

Buffet est un peintre à la fois attachant et mondain, se prêtant au jeu des salons et séduisant de nombreux collectionneurs. Parmi eux, Jérôme Bungener dont il peint le portrait en 1955. L’huile sur toile, certifiée par la galerie Maurice Garnier, fait partie du catalogue de la Galerie Dil.

Cette œuvre témoigne de son évolution artistique, avec un goût plus marqué pour l’usage de la couleur. On retrouve aussi des effets décoratifs, à l’image de la tapisserie verte à fleurs jaunes présente derrière le collectionneur. D’autres portraits de la série, tel que celui d’Hervé Segard (1955) témoigne aussi de cette évolution. 

 

Portrait de Jérôme Bungener, 1955, Galerie Dil

Portrait de Jérôme Bungener, 1955, Galerie Dil

 

Buffet jouit d'une popularité croissante en France jusqu'à sa mort

Face à la forte popularité du peintre, les grands marchands parisiens en font sa promotion et revendique son avant-gardisme. Maurice Garnier lui a voué un soutien total et s’est exclusivement consacré à la vente des œuvres du peintre. Dès les années 80, certaines toiles de la collection des clowns vont être achetées à plus de cinq millions de francs. La reconnaissance publique de son travail n'a cessé de croître, même dans les cercles de l'administration française. En 1971, il devient membre de la Légion d’Honneur et le 13 mars 1974, il est le plus jeune membre jamais élu à l’Académie des Beaux-Arts. À quarante-huit ans, il brisait encore les barrières du monde de l'art parisien.

 

2. Les oeuvres de Buffet se vendent à travers le monde

L'attrait des oeuvres de Buffet au Japon

Au Japon, les œuvres de Bernard Buffet trouvent un réel écho et les toiles du peintre sont vendus à prix d’or aux collectionneurs nippons.

 

Le musée Bernard Buffet ouvre ses portes en 1973 au Japon

De l'autre côté du globe, Kiichiro Okano a ouvert le musée Bernard Buffet à Surugadaira, Japon le 25 novembre 1973. Okano a été initié au travail de Buffet dans les années 1950 lors d'un voyage à Paris, où l'air du temps d'après-guerre faisait écho à celui du Japon.

Dans le sillage de la bombe atomique, les questions existentielles alors posées par Jean-Paul Sartre et Albert Camus n'étaient que trop urgentes. Okano a immédiatement répondu à l’anxiété, à l’aliénation et au sentiment de vide exprimés à la fois par les écrivains et par l’art de Buffet. Alors qu'il devenait de plus en plus capable d'acheter des peintures et des gravures, Okano a commencé à planifier un musée pour abriter sa collection Buffet. Aujourd'hui, le musée possède plus de 2000 objets, la plus grande collection unique d’œuvres de Buffet au monde.

 

Le couple, Bernard et Annabel Buffet, attaché à la culture nippone

Buffet et Annabel se rendaient au Japon sept fois au fil des ans, principalement pour des vernissages d'expositions dans les musées de Tokyo et de Kyoto ainsi qu'au musée Bernard Buffet. L’artiste déclarera : « J'ai découvert le Japon. J'aime profondément ce pays, sa civilisation moderne et le raffinement de ses traditions. »